Faiseuse d’images, dé-faiseuse d’écheveaux, gestatrice de chimères,

Claire Courdavault a commencé par le format ténu d'une feuille de papier pour prendre de la grandeur par l'investissement de murs. Son monde intérieur vient désormais s'afficher sur les parois de la ville

L’image au coeur de sa pratique, quelque soit sa forme.

Son travail est construit sur la juxtaposition de détails, l'enchevêtrement d'histoires, et l'appel du sacré. 

Il faut se rapprocher pour percevoir à la surface de ces supports tatoués un univers peuplé d'êtres excisés de leur normalité.

Sorti d’une étrange et intérieure gestation, son dessin crée d'autres mondes fantasmagoriques, un jardin des délices d'un genre nouveau avec pour préoccupation centrale l’image de la Femme.

 

Une eau d'encre trace un sillon sur cette terre immaculée, où cette déïté féminine commune et universelle devient un monde à part entière dans toute la complexité et la douceur qui la caractérise. 

Sans filet, comme une funambule suspendue dans les airs, la conteuse brode de nouvelles légendes....

.